Gagnez en efficacité

Publié dans l'Autojournal en mars 2018

Simplifiez vos données

La gestion d’une concession automobile génère une multitude de données. Tant au niveau opérationnel, financier que marketing. Ces données deviennent extrêmement difficiles à suivre et le temps requis pour les comprendre n’est tout simplement pas suffisant.

Les données financières sont généralement simples et sont les mêmes depuis des décennies. Elles sont donc faciles à interpréter et il faut se l’avouer, un profit ou une perte est l’indicateur le plus important pour savoir si notre concession est en santé ou non.

Le marketing tel que connu dans les années 1990 fournissait un nombre limité de variables et celles qui étaient utilisées par les agences et vendeurs média étaient simples à comprendre. Combien de gens la publicité va-t-elle rejoindre ? À quelle fréquence allez-vous voir la publicité à la télévision ou l’entendre à la radio ? Quel sera le nombre de parutions ?

Changement de cap

Le marketing Internet qui a fait ses premières apparitions au début des années 2000 a complètement changé la conversation. Nous parlons maintenant de mesure de comportement, d’engagement, de temps moyen, de pages vues, de taux de rebond et j’en passe. Le gestionnaire d’une concession est maintenant bombardé par différentes statistiques trop souvent incompréhensibles ou vides de sens.

Cet article a comme objectif d’aider à mettre en place une pratique que l’on appelle « Lean Analytics ». Cette approche recentre le gestionnaire vers l’essentiel même de la gestion d’une entreprise à travers les différents investissements en marketing Internet.

Les données changent, les concepts restent

En seulement 25 ans, le marketing a complètement changé. On a assisté à une explosion du nombre de médiums disponibles. Plus encore, les consommateurs ont maintenant le contrôle absolu sur l’image d’une marque. Ces changements drastiques imposent deux conséquences importantes sur le gestionnaire. Premièrement, beaucoup d’informations sur les clients et leurs comportements. Deuxièmement, un stress épouvantable quant à la gestion de ce volume d’information. Le commerce existe depuis des siècles et ses concepts de bases restent les mêmes. Les ventes génèrent des revenus et pour vendre des produits nous devons avoir des clients existants et travailler à en acquérir de nouveaux. Opérer l’entreprise et avoir de l’inventaire génère des coûts. La différence entre ces deux concepts nous donne la rentabilité. Ces concepts sont encore d’actualité !

Dans la mesure des campagnes de marketing numériques axées sur l’acquisition de nouveaux clients, il est important d’aligner les unités de mesure de succès avec le concept de rentabilité. Il faut revenir à la base. Il est inutile de suivre 25 différentes statistiques pour mesurer le succès des campagnes. Seulement le nombre de demandes Internet, le taux de conversion et le coût par acquisition devraient être mesurés et attribués correctement aux campagnes respectives. Ces trois statistiques sont directement liées à la rentabilité ! Nul besoin d’essayer de faire parler le taux de rebond ou le nombre de pages vues en faveur du succès d’une campagne, c’est tout simplement une perte de temps.

Satisfaction et réputation

Si l’on veut mesurer la satisfaction générale de nos clients en ligne, il est inutile de passer des heures à regarder et analyser Google Analytics. Google mon Entreprise et la page Facebook fournit le nombre d’étoiles que les utilisateurs ont inscrit ainsi que leurs évaluations écrites. C’est simple ! Encore trop souvent aujourd’hui des concessions ne prennent pas le contrôle de leurs évaluations en ligne et les ventes en souffrent gravement. Une statistique est importante dans ce cas : quelle est ma note ? Certaines concessions ont déjà pris les devants dans ce dossier et installé des outils numériques en magasins pour que les gens puissent laisser leurs commentaires et évaluations directement en point de vente.

Les campagnes d’image de marque (bannières sur des placements média en ligne et publicités vidéo) sont plus dures à mesurer, mais au combien essentielles au succès d’une concession en 2018 et dans les années à venir.  Pour simplifier la mesure de ces campagnes, il faut se poser quelques questions avant de commencer. La première étant que si l’on investit massivement dans notre image de marque, les gens vont logiquement nous rechercher plus en ligne. Il est simple via Google Search Console d’isoler le volume de recherche pour la marque de notre concession. Si l’on voit une augmentation des recherches en corrélation avec l’une de nos campagnes, cela veut dire que la campagne est efficace. Le visionnement de vidéos offre une statistique très importante. Il est simple de savoir le nombre d’utilisateurs qui ont visionné 25 %, 50 %, 75 % ou 100 % de votre vidéo. Cette métrique est très révélatrice de l’engagement des utilisateurs envers notre marque.

En ce qui a trait aux campagnes d’image de marque, il est crucial de discuter avec votre agence de marketing web et de revoir les différentes métriques disponibles et d’en choisir un petit nombre qui est étroitement en lien avec la hausse de reconnaissance de votre marque. Le volume de clients potentiels qui entrent physiquement dans votre concession peut aussi s’avérer une excellente métrique dans le cadre d’une campagne d’image de marque.

La clé du succès : mesurer seulement les données exploitables

Qu’est que de l’« Actionable Data »? Ce sont des données qui, en effectuant leurs analyses, nous permettent d’effectuer des changements pour augmenter la performance de nos programmes de publicité Internet. Ce sont des données révélatrices sur la rentabilité de l’entreprise. Pour donner un exemple concret, un ratio dette-équité en comptabilité indique clairement si une entreprise est trop endettée. C’est concret et il est simple d’agir pour corriger la situation si nécessaire.

Il est important de conserver ce concept de management. Les gestionnaires qui connaissent du succès sont eux qui utilisent que des données exploitables (« Actionable Data ») dans leurs tableaux de bord exécutif. En tant que concession, il est important de simplifier la grande majorité nos analyses de données pour passer le minimum de temps à les comprendre et le maximum de temps à les utiliser à notre avantage !

 

Tendances Web 2018

Publié dans l'Autojournal en février 2018

5 prédictions pour l’industrie automobile

En matière de marketing numérique, il est primordial de toujours être à l’affût des nouveautés.

Alors que 2017 est désormais derrière nous je vous propose mes cinq prédictions pour l’année 2018 afin que vous puissiez vous adapter rapidement.

1. Le marketing par moteur de recherche est là pour rester

Bien que ce type de marketing aura bientôt plus de 18 ans, il demeure le type de marketing le plus rapide pour générer du ROI. Alors que les fausses nouvelles sur les grands sites Web de nouvelles sont en hausse et que Facebook nous annonce ses excuses et nous promet de réparer le réseau social, Google et son moteur de recherche, offre toujours une expérience impeccable avec un modèle publicitaire bien en marche. De plus, à cause des mesures que celui-ci a mises en place pour assurer la qualité des annonces, la confiance des utilisateurs est encore bien présente.

Google ajoute de plus en plus d’extensions d’annonces et l’intégration de Google Mon Entreprise est de mieux en mieux faite. Ce qui veut dire que le SEM (Search Engine Marketing) va continuer à être l’un des moteurs principaux des campagnes de marketing numérique.

2. Le marketing par contenu « content marketing » perd du terrain

Une des grandes tendances pour le marketing numérique était de créer du contenu pour bien positionner notre marque au niveau organique dans les moteurs de recherche ou pour augmenter sa présence sur les réseaux sociaux. Bien que ce type de marketing soit toujours utile, sa valeur perçue est significativement en baisse. Il y a trop de contenu en ligne, les consommateurs sont inondés de contenu souvent non pertinent. Si vous êtes à élaborer votre stratégie de marque, essayer de créer des pièces de contenu qui sortent de l’ordinaire. Il n’est pas nécessaire de produire deux billets de blogue par semaine qui sont ennuyant à lire. L’avenir est dans l’expérience de marque en ligne, faites vivre à vos clients actuels et potentiels des expériences interactives comme de la vidéo en ligne ou des canvas sur Facebook Par exemple, lors du lancement du VW Atlas. L’équipe de marketing a créé un canvas qui nous faisait découvrir le nouveau modèle de façon interactive.

3. La communication entre les marques et les clients est maintenant la norme

L’image de marque ou pourrait-on l’appeler expérience de marque aujourd’hui passe par les communications entre une marque et ses clients. Le téléphone était autrefois le moyen de choix, maintenant les clients ont plusieurs moyens de communiquer avec une marque, même probablement trop. En tant que marque vous devez contrôler ces canaux de communications, les surveiller et vous assurer que les utilisateurs trouvent réponse à leurs questions. Voici une courte liste des différents canaux de communications à surveiller pour votre marque

  • Facebook (Page & Messenger vous offres des méthodes de communication bidirectionnelles)

  • Google Mon Entreprise offre maintenant la possibilité de communiquer sous forme d’un « chat »

  • Le « live chat » sur un site web est de plus en plus important. Les consommateurs apprécient beaucoup cette méthode de communication.

On remarque aussi que les consommateurs préfèrent écrire que parler. Cette tendance en lien avec la grande popularité des applications de « messaging » doit être bien comprise par les concessions et les outils bien déployés.

4. Votre positionnement local est important

En tant que concession, le constructeur fait 90 % du travail pour promouvoir vos véhicules neufs. La section « construction & prix » sur le site Web des constructeurs est de loin la plus visitée et la plus utilisée. Ce qui veut dire que le consommateur maintenant sait déjà quel modèle ils veulent. Une fois leurs décisions d’achat précisées, l’étape suivante est la recherche d’où ils peuvent se procurer le véhicule. Prenez soin de votre positionnement local, surtout « Google Mon Entreprise ». Les clients qui ont pris leur décision d’achat quant au type de véhicule qu’ils veulent visitent généralement 4 à 5 concessions et ces gens vont tout simplement effectuer une recherche locale sur un moteur de recherche. Soyez sûr d’être bien présent ! Il est important aussi d’orienter vos campagnes Google Adwords et autres en fonction de ce comportement.

5. Votre service à la clientèle définit votre marque

Le terme service à la clientèle est vieux. Il existe depuis que le commerce existe et même avant. Il prend une autre dimension avec la prolifération des opportunités que les consommateurs ont d’évaluer les entreprises en ligne.  Vous pouvez investir des dizaines de milliers de dollars en publicité et recevoir une mauvaise évaluation en ligne accompagnée d’un très mauvais commentaire et perdre des centaines de ventes potentielles. Votre réputation en ligne est à la merci des consommateurs en ligne et cette tendance ne fait que se concrétiser. Comme pour le point #3, il est important de suivre vos notes d’évaluation en ligne et les commentaires associés.

En 2018, prenez un pas de recul et effectuez un audit de votre concession et de sa « présence en ligne ». Rappelez-vous, l’Internet est maintenant vieux. Il a atteint une certaine maturité. C’est le meilleur temps d’évaluer votre mix média et de bien positionner votre marque face aux changements qui sont à venir.

Remarketing

Publié dans l'Autojournal en décembre 2017

Être assis sur une montagne d’or

Le terme remarketing est connu depuis plusieurs années dans l’industrie de la publicité Internet et du commerce électronique, mais très peu dans le secteur automobile, tout spécialement chez les concessionnaires.

Il s’agit d’un concept simple, mais qui est très puissant lorsqu’il est utilisé à bon escient. En tant qu’entreprise, nous accumulons des milliers, voire des millions de données sur nos clients. Nous sommes capables de connaître leurs intérêts, leurs moyens financiers, leurs grappes d’âges, leur courriel et autres informations nous permettant de faire une excellente segmentation. Malheureusement, il est souvent difficile de mettre ces données à profit dû à la complexité et au manque de centralisation des données provenant des logiciels de gestion. Les concessions qui réussissent à centraliser leurs données et qui parviennent à bien les exploiter possèdent un avantage concurrentiel important.

Pour tirer profit de vos données Web, il faut d’abord mesurer et analyser le volume de visites mensuelles que votre site génère. En tant que concessionnaire, votre budget marketing consacre des sommes colossales à diverses formes de publicité. Il est primordial de quantifier leur impact et le volume de visites générées sur votre site Internet. Voici un guide de départ pour bien démarrer vos campagnes de remarketing.

Établir des listes de remarketing basé sur votre trafic Web

Google Adwords, Facebook et autres médias, vous offrent la possibilité de déployer sur votre site Web des codes (communément appelé Pixels) pour avoir la chance de capturer les utilisateurs sur votre site Web à l’aide de fichiers témoins (cookies). Le langage semble technique et compliqué ? En fait, c’est plutôt simple. En effectuant cette action, vous obtenez automatiquement une liste de tous vos visiteurs avec la chance de leur livrer le message que vous voulez, un peu comme une infolettre, mais avec plus d’options et une plus grande diffusion.

La segmentation permet de rendre le remarketing à partir d’un site Web encore plus puissant. Chaque consommateur est différent. Certains préfèrent des voitures de sport, d’autres des VUS ou la voiture compacte. Un site Web est composé de pages qui présentent du contenu spécifique. Le remarketing nous permet de créer des audiences cibles (listes d’utilisateurs) qui ont visité une ou des pages spécifiques. Nous pouvons donc créer une liste pour les mordus de VUS ou les jeunes familles à la recherche d’une fourgonnette.

Imaginez savoir en temps réel que 150 internautes ont visité des pages en lien avec un VUS. Vous pouvez aussitôt leur livrer une publicité présentant ce modèle avec une promotion à temps limité. Le remarketing ne s’affiche pas sur un site spécifique, mais bien sur l’ensemble des sites, applications, réseaux sociaux et ainsi de suite, visité par l’utilisateur de votre site Web. Un autre avantage est que vous pouvez contrôler la fréquence et la durée (ex. : 10 annonces par jours pendant 3 jours pour une promotion avec date d’expiration). Les possibilités sont infinies et les rendements sont excellents.

Vous disposez aussi d’un grand choix de formats d’annonces pour livrer votre message. Images, bannières animées, textes et même des vidéos ! Si vous n’avez pas de promotions en cours, vous pouvez tout simplement créer une vidéo pour augmenter le niveau émotionnel d’un utilisateur envers le modèle qu’il a regardé sur votre site Web.

Effectuer du remarketing avec des utilisateurs qui n’ont pas visité votre site Internet

Oui, c’est possible ! Google et Facebook vous offrent la possibilité de vous créer des listes de remarketing à partir de données extérieures à la visite de votre site Web.

YouTube (Google)

Vous avez un canal YouTube sur lequel vous publiez du contenu vidéo en lien avec vos arrivages de véhicules neufs et d’occasions ? Vous pouvez maintenant effectuer du remarketing pour cibler un utilisateur qui a visionné une vidéo spécifique. Prenez le scénario suivant : vous produisez une vidéo de 2 minutes qui présente votre évaluation de votre nouveau VUS. Vous publiez la vidéo sur YouTube et obtenez 5000 vues organiquement ou via des partages de votre vidéo sur les réseaux sociaux. Si votre compte Adwords et votre canal YouTube sont bien connectés, vous pouvez maintenant recibler ces 5000 utilisateurs de la même façon qu’avec le remarketing traditionnel par site.

Par adresses courriel ou numéros de téléphone (Google et Facebook)

Vous collectez tous les jours plusieurs adresses courriels et numéros de téléphone de clients potentiels ou actuels. Google et Facebook vous permettent maintenant de créer des audiences personnalisées en vous offrant de retrouver ces personnes sur le Web grâce à l’une de ces deux informations. Puissant ? Oui ! Par contre, cette méthode nécessite quelques prérequis. Pour Google, il faut un volume minimum de 1000 adresses Gmail. Pour Facebook, les règles sont plus aléatoires, le réseau social semble être en mesure de retrouver les gens, peu importe leurs adresses. Nous avons effectué plusieurs tests et ceux-ci ont généré d’excellents résultats.

Cette technique de remarketing vous permet de segmenter des messages spécifiques à des gens qui ont effectué une action (ex. : un achat) dans votre concession. Vous pouvez créer une audience qui inclut les clients qui ont effectué un achat et lancer une campagne de remarketing pour promouvoir le service de votre concession. Encore une fois, les possibilités sont énormes et les rendements souvent très positifs.

Autres techniques

Les entreprises de technologie/média telles que Google et Facebook proposent toujours de nouvelles solutions. Facebook offre maintenant d'effectuer du remarketing basé sur les gens qui sont venus physiquement en concession ou qui ont consulté du contenu que vous avez publié sur Facebook ou Instagram (pages, vidéos, "canvas", évènements). Google, lui, vous propose de faire du remarketing en reciblant les utilisateurs qui ont téléchargé votre application (si vous en avez une).

En conclusion, les possibilités sont infinies. Un vieux dicton dit que 50 % de notre budget marketing est perdu. Le remarketing ne fait certainement pas partie de ce 50 %. D’ailleurs, lors de votre prochaine planification d’achat média, vous devriez le considérer comme point de départ. Les données représentent de l’or et trop souvent, les gens ne réalisent pas sur quoi ils sont assis.

L’expérience client en ligne : la clé du succès au cœur de votre stratégie numérique

Publié dans l'Autojournal en novembre 2017

L’internet est maintenant vieux de plus de 17 ans. Tout récemment, le mobile a eu 10 ans. Le numérique n’est plus nouveau. On ne parle plus d’innovation numérique aujourd’hui, mais bien d’optimisation de l’expérience client en ligne. Nos clients savent ce qu’ils veulent bien avant d’arriver en magasin. Fini les clients qui rentrent en concession en disant qu’ils n’ont aucune idée de leurs besoins. L’information est maintenant disponibles rapidement sur toutes les plateformes que nous utilisons à tous les jours.

Ce que vous devriez déjà maîtrisez en 2017

Votre site web doit être aussi, sinon mieux présentable que l’intérieur de votre concession. Celui-ci doit être rapide et l’expérience mobile doit être impeccable. L’information doit être à jour et il doit être facile de trouver ce que l’on cherche. Votre concession et votre localisation doivent être distribué avec du contenu riche sur toutes les plateformes que vos consommateurs utilisent pour obtenir des informations tels que les directions ou visualiser des photos. Vos clients dans le segment neufs, détiennent, pour la grande majorité, déjà toute l’information pour leur achat. Les manufacturiers ont déjà investi des sommes colossales en expérience utilisateur, donc il faut miser sur votre concession et les avantages qu’ils achètent leur prochain véhicule neufs chez vous. Pour votre segment d’occasion, l’expérience doit être celle d’une plateforme de commerce électronique. Basez-vous sur l’expérience d’Amazon en ligne et essayer de reproduire leurs fiches de produits !

En sachant que la grande majorité de vos clients vous trouvent et vous choisissent en ligne, vos investissement publicitaires devraient refléter ce changement et ceux-ci devraient être suivi de proche avec des experts dans le domaine. Évitez les solutions génériques, évitez les tout inclus. Logiquement, votre entreprise est unique, votre positionnement devrait l’être aussi. Sortez des sentiers battus, arrêtez de copier vos concurrents, en utilisant ces moyens, vous êtes toujours en deuxième position.

L’information doit être accessible maintenant

Nous vivons dans un monde « NOW ». Tout est accessible maintenant. L’expérience utilisateur est définie par la qualité de l’information qu’il reçoit maintenant. Certains adages de la vente ne changeront jamais, les gens achètent émotionnellement. Oui, c’est vrai, mais la rapidité de l’accès à l’information frustre maintenant les clients dans le comfort de leur salon. C’est un changement important qu’il faut maîtriser. On parle trop souvent de stratégie de contenu sans savoir ce qu’il faut faire ou comment s’y prendre. À la base, votre stratégie de contenu dans un marché de consommateurs devrait commencer par : offrir à vos clients toute l’information nécessaire pour effectuer leur décision d’achat de façon rapide et accessible chez vous. C’est tout !

Qu’est-ce que vos clients recherchent : photos, vidéos, évaluations, prix, qui êtes-vous, détails très techniques, heures d’ouvertures, photos de votre entreprise, directions pour se rendre, visite virtuelle, inventaire d’occasion à jour, promotions, liquidations, événements en cours, etc.

Le multiplateforme est aussi un autre mal de tête pour les entreprises mais un pur plaisir pour les utilisateurs. Toute cette information doit être disponible sur toutes les plateformes que les utilisateurs utilisent pour magasiner.

Simplifiez-vous la vie

Tout le monde aime les choses simples, autant les commerçants que les consommateurs. Le mot marketing commence tranquillement à prendre un autre sens. On doit revoir de façon complète l’expérience de nos clients. L’industrie de l’automobile est présentement en changement au niveau des processus numériques et les concessions ne contrôlent que 10% de l’expérience de vente en ligne, tandis que le manufacturier contrôle environ 90%. Il est temps de revoir ce 10% et de vous assurer que vous maîtrisiez un plus grand pourcentage.

Dans le segment du véhicule d’occasion, vous contrôlez une plus grande part de l’expérience utilisateur, mais que faites-vous ? Une annonce ennuyante à la radio ? Une publicité à la télévision discutable et surtout presque impossible à mesurer qui ne rend fier que le ou les propriétaires de l’entreprise qui le voit, mais qui génère aucun rendement ?

Faites autrement !

Dans le monde du marketing web, le mot « disruptive » est à l’honneur. Ce mot signifie faire les choses autrement, changer la vieille méthode. Magasiner pour une auto neuve en 2017, est un pur plaisir, tout se fait en ligne ! Photos, options, prix, montant à payer par mois, etc… Aller au concessionnaire pour acheter un véhicule est souvent perçu comme une expérience stressante ou désagréable. C’est simple, prenez le temps de regarder les commentaires en ligne sur vos entreprises respectives (si vous n’avez pas encore prit le contrôle de ceux-ci) et vous comprendrez très vite. Ne donnez pas le titre de responsable marketing web à l’un de vos vendeurs, donnez le mandat complet avec beaucoup de latitude à une firme qui possède les compétences et les aptitudes en la matière. Vous ne donnez pas la production d’états financier et l’élaboration de votre stratégie fiscale à votre aviseur technique. Souvent, le marketing est pris trop à la légère. Maintenant que l’internet est vieux et que l’expérience client dans son ensemble est la priorité #1, il est grand temps de lui donner beaucoup d’importance.

Changez, innovez et surtout, prenez soin de vos clients peu importe où ils sont et même si vous ne les connaissez pas encore. Aucune industrie n’est assez vieille pour qu’on puisse dire que nous la maîtrisons. Plusieurs entreprises dans l’industrie du commerce du détail n’ont pas pensé ainsi. L’industrie de l’automobile fait partie du commerce du détail… L’histoire s’écrira.

Promotion de votre concession

Publié dans l'Autojournal en septembre 2017

Comment bien utiliser la publicité vidéo ?

Vous l’avez probablement déjà remarqué, le contenu vidéo a pris l’assaut du Web. Pratiquement toutes les pages que vous consultez contiennent des vidéos, que ce soit des annonces ou du contenu natif, elles sont partout.

Pourquoi les vidéos ont si rapidement remplacé les images statiques ou les fameux « GIF animés » alors qu’elles coûtent plus cher et sont plus compliquées ! En fait, la création de contenu vidéo est de plus en plus abordable et il existe plusieurs outils permettant d’en créer facilement, rapidement et à faible coût. Donc plus d’excuse, il est temps de faire rayonner votre concession sur le Web.

Quelques statistiques avant de commencer

La publicité Internet est en progression au Canada – avec une hausse des revenus de 19 % pour l’année 2016, le contenu vidéo grandit 34 % plus vite que n’importe quel autre format d’annonces – raison de plus d’y accorder une importance particulière lors de votre planification marketing. Vous devez temps et budget à la planification de contenu vidéo, sans quoi vous risquez de vous retrouver derrière votre compétition.

YouTube est le moteur de recherche le plus utilisé après celui de Google, c’est sur ce dernier que le plus de contenu est visionné chaque année. Les Canadiens de 18 à 39 ans passent plus de temps à regarder des vidéos sur YouTube qu’à regarder la télévision. Cependant, les budgets publicitaires continuent d’être investis vers la télévision (42 % du budget total en 2016). Il est donc temps de prendre le virage numérique et de diffuser le contenu que vous produisez également sur le Web et de revoir vos allocations budgétaires.

Création de contenu vidéo : comment s’y prendre ?

Si vous comptez tourner pour la télé, assurez-vous de produire aussi du contenu vidéo qui va de pair avec ce que vous allez créer pour la télévision. Ainsi, vous assurerez la continuité de votre message, ce qui permettra de hausser la reconnaissance de votre marque à travers les différents médias.

Même si votre budget marketing est restreint, plusieurs plateformes proposent des solutions pour petits budgets. Par exemple, Promo (slide.ly/promo) vous permet d’utiliser des vidéos de 15 secondes, disponibles dans une multitude de thèmes, sur lesquelles vous pouvez ajouter de la musique, du texte et votre logo, c’est simple, rapide et la qualité est excellente. Le prix fonctionne sous une base d’abonnement annuel. Un autre outil fort intéressant est le YouTube Director. Lorsque vous dépensez plus de 150 $ en publicité vidéo sur YouTube, vous pourrez avoir accès à une équipe professionnelle qui tournera pour vous une vidéo de votre entreprise dans les formats recommandés. Seulement disponible aux États-Unis, ce service devrait bientôt arriver au Canada.

Vidéo sur YouTube

Si vous désirez diffuser de la publicité sur ce réseau, vous aurez besoin de trois formats différents : 6, 15 et 30 secondes. La vidéo de 6 secondes sera diffusée lors de l’écoute d’une autre vidéo (Bumper Ads). C’est comme à la télévision lorsque notre émission est interrompue par une pause publicitaire. Les formats de 15 et de 30 secondes (In Stream Ads) pourront être sautés après 5 secondes d’écoute. Il faut donc que les 5 premières secondes soient captivantes pour que l’utilisateur ait envie de continuer son visionnement et qu’il engage davantage auprès de votre marque.

Vidéo sur Facebook

Les publicités vidéo Facebook apparaissent dans le fil d’actualité de l'utilisateur. Les gens défilent assez rapidement, il est donc important d’avoir un titre accrocheur, mais qui respectera le contenu de votre vidéo (rien de plus frustrant qu’un titre du genre « Regardez ce qu’il fait ! Vous n’en croirez pas vos yeux ! » qui n’a aucun lien avec le contenu). Les vidéos sur Facebook sont très souvent écoutées sans son, il est primordial d’ajouter des sous-titres, si on veut que les gens comprennent et s’engagent avec votre contenu. Une vidéo de 30 secondes est tout indiquée pour une utilisation sur Facebook.

Création d’un contenu de qualité, comment mettre votre concession en valeur ?

Maintenant que vous connaissez toutes les spécifications propres à la création d’une vidéo adaptée aux différentes plateformes, c’est à votre tour de créer une vidéo mettant en valeur votre concession. Mais par où commencer ?

En tant que concessionnaire, votre but est de faire rayonner votre entreprise et non la marque que vous représentez. Les constructeurs automobiles dépensent des millions de dollars dans la promotion de leur marque, ce n’est donc pas à vous de le faire. Une bonne vidéo doit communiquer un message clair et comporter un appel à l’action, tout comme dans une bannière. La partie la plus importante de votre message doit se trouver au début, car c’est à ce moment que vos utilisateurs seront les plus attentifs. Votre vidéo devra également susciter de l’émotion et être engageante pour l’utilisateur, les gens doivent se reconnaître dans votre message et pouvoir faire un lien avec leur quotidien.

Sortez des sentiers battus et tentez d’innover, l’attention des gens sera plus facilement acquise et ils risquent de se souvenir de vous beaucoup plus longtemps.

Finalement, trouvez un partenaire de confiance pour produire votre contenu, vous ne voudriez pas qu’on se souvienne de vous pour les mauvaises raisons. Une bonne image de marque prend du temps à bâtir, ne la gâchez pas avec du mauvais contenu. Regardez le travail réalisé par la firme auparavant, et au besoin, évaluer plusieurs propositions et trouver celle qui partage votre vision et qui pourra aussi vous conseiller. Il en va de même la diffusion de vos vidéos… Rien ne sert d’avoir de magnifiques vidéos, si elles ne sont pas diffusées correctement. Assurez-vous de choisir un partenaire expérimenté en publicité vidéo qui maîtrise les différentes plateformes.

On prévoit qu’à la fin 2017, les investissements en publicité Internet seront à la hausse, tandis que les investissements en télévisions reculeront pour atteindre moins de 1/3 des dépenses totales en 2020. Il est grand temps de préparer votre année 2018 et d’y inclure la production de contenu vidéo. Prenez l’avance sur la compétition et soyez à l’avant-garde !